Le mot du Maire

 

Gilles Adelson, maire de Macouria, Octobre 2015

 

Créer, entretenir, pérenniser le bien public, c’est l’affaire de tous. 

Chaque jour je suis interpellé par nombre de nos concitoyens sur les actions menées par la mairie pour développer les infrastructures mises à disposition de l’ensemble des habitants.

 » Nous manquons d’équipements sportifs…Il n’y a pas assez d’endroits pour sortir nos enfants…Pourquoi n’y-a-t-il pas plus de parcours de santé ?… Pourquoi les tags ? Pourquoi les dégradations ? », autant d’interrogations qui font aussi partie de mes préoccupations quotidiennes.

Macouria a un programme ambitieux de développement des équipements qui permettent à chacun d’entre nous d’accéder gratuitement à la pratique d’un loisir ou d’une activité physique. La culture et le sport sont deux éléments essentiels pour le développement de nos enfants mais également pour le bien-être général dans notre commune.

 

Malheureusement nous devons constater qu’une partie importante de notre budget doit être aujourd’hui consacrée à des interventions pour des dégradations sur ces mêmes équipements publics.

Murs tagués, lampadaires hors service, équipements dégradés, parties communes encombrées, espaces verts non respectés, la liste est longue de tous ces « petits » évènements qui nous détournent de notre mission où nous devons sans cesse refaire, réhabiliter, réparer, plutôt que de construire et de développer.

Vivre ensemble c’est apprendre à respecter les autres et c’est aussi le respect du bien public.

Ne plus jeter sans discernement, préserver les lieux publics, entretenir son propre espace de vie, autant de points sur lesquels nous serons amenés à travailler fortement dans les prochains mois.

Si nous devons avoir les moyens de réprimander les contrevenants, avec des amendes par exemple, c’est par l’éducation et l’information que nous devrons, tous ensemble, nous donner les moyens d’avoir de bonnes pratiques.

Ce travail devra se faire avec l’ensemble des acteurs de terrain tant à destination des enfants que des familles. Il nous faudra du temps pour que tous prennent conscience que vivre ensemble c’est respecter l’autre mais c’est aussi respecter tous les biens que nous partageons au quotidien.

Pour y parvenir nous devrons tous nous investir au quotidien pour faire évoluer les pratiques. Sachez que c’est un investissement de tous les jours, de moi-même et de mes équipes, afin de coordonner les actions de nos services mais également de la collectivité territoriale, de la communauté d’agglomération, des services de l’Etat, des bailleurs sociaux ou de l’EPFA (Etablissement Public Foncier d’Aménagement) de Guyane.

Macouria est un territoire en plein développement et nous devrons y travailler tous ensemble, pour que ce « vivre ensemble » qui m’est cher, soit une réalité qui perdure avec les générations à venir.

 

Gilles ADELSON