Le mot du Maire

H02A0817copie

 

 

 

 

 

Dans quelques semaines nous sommes appelés aux urnes mais qui s’en soucie ?

Le 25 mai prochain nous serons appelés à faire le choix des personnes qui nous représenteront au Parlement européen pour les 5 prochaines années.

Cette élection, il faut bien l’avouer, n’a jamais vraiment passionné les électeurs, encore moins les électeurs d’Outremer dont je fais partie.

En effet, qui connaissait le député qui nous représentait (1) lors de la dernière mandature ? Il avait été élu dans une circonscription dont faisait partie la Guyane mais également Guadeloupe, Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon.

Qui savait même qu’il existait des circonscriptions, au nombre de 8, qui découpaient le territoire national sur la base d’un député pour environ 800.000 habitants ?

Cette mesure a été abolie pour 2019 où la France a décidé de revenir à une circonscription unique, nous voterons donc pour élire 79 députés qui nous représenterons à Strasbourg et Bruxelles. Le choix se fera sur des listes nationales et nous risquons bien d’avoir encore une participation très faible (2) pour un scrutin que nous ne comprenons que mal et dont nous ne voyons pas ce qu’il représente sur notre vie quotidienne.

Et c’est bien là tout le paradoxe de notre système : L’Europe est présente dans le quotidien de chaque guyanais et pourtant nous ne nous déplaçons que trop rarement pour élire nos députés européens.

Environnement, emploi, éducation, lutte contre la pauvreté, infrastructures,… Dans tous ces domaines l’Europe est présente mais nous ne prêtons plus attention à ce drapeau bleu avec 12 étoiles que l’on voit sur les panneaux de construction d’un lycée ou d’une usine, sur un chantier lié à l’adduction d’eau potable ou encore dans la présentation d’un programme culturel. Sans oublier que tous ces projets sont financés… en Euros !

A Macouria l’Europe est présente depuis plusieurs années avec le développement des échanges dans le cadre du dispositif Erasmus géré, entre autres dossiers par notre « cellule Europe ». Ce programme d’échange d’étudiants et d’enseignants entre les universités, les grandes écoles européennes et des établissements d’enseignement à travers le monde entier nous aura permis de faire découvrir d’autres horizons à de nombreux jeunes de notre commune tout en recevant régulièrement des bénéficiaires de tous les pays d’Europe venus à la rencontre de la Guyane.

L’Europe est dans notre quotidien et nous devons faire en sorte qu’elle situe la Guyane et comprenne que nous sommes, par exemple, la plus grande réserve de biodiversité des 27 pays réunis.

L’Europe est sans aucun doute loin de nous et de nos réalités, méconnait la Guyane, ne comprend pas toujours la nécessité de développer l’autonomie du territoire ou d’accompagner le rattrapage de toutes ces années perdues. Pourtant nos représentants politiques font un travail remarquable pour faire évoluer les choses, peut-être devrions-nous, en tant que simples citoyens, en faire de même avec que notre bulletin de vote, pour que celui-ci soit aussi un outil de la construction européenne.

Vous connaissez tous mon profond respect pour notre histoire et tout particulièrement pour l’histoire de la démocratie. Peu importe où iront vos votes, il me semble qu’il est important que nous nous mobilisions pour faire entendre notre voix par-delà les frontières.

J’aime à être pragmatique dans la gestion de ma commune, j’aime aussi penser au monde que je laisserai à mes enfants, j’aimerai qu’il soit plus juste, plus tolérant, ce monde nous ne devons pas le rêver mais le construire, tous ensemble.

 

Gilles Adelson

  • Louis-Joseph Manscour, originaire de Martinique, est le député européen de la circonscription « Atlantique » depuis 2014.
  • En 2014 il était de 9,98%