Le mot du Maire

Rester proches de nos aînés

Semaine bleue, journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, les événements sont nombreux en cette période pour nous rappeler combien il est essentiel de prendre conscience de l’importance des générations qui nous ont précédé et qui, au crépuscule de leur vie, ont besoin de notre présence, tout comme nous avons besoin de cette mémoire qu’elles représentent.
Cette année est encore plus forte puisque le thème central de cette semaine bleue, du 7 au 13 octobre, est d’agir ensemble pour le respect de notre planète.
Pour redonner à notre espace commun une notion de durabilité que nous avions perdu, il est essentiel de nous inspirer de l’expérience de nos gangans qui avaient des gestes au quotidien qui respectaient l’environnement.
Rapporter des bouteilles consignées, ne pas gaspiller les aliments, utiliser les produits locaux, respecter les saisons, connaître les plantes, concevoir un habitat sans climatisation, autant d’attitudes que nous avons trop souvent perdues au profit de la facilité de prendre notre voiture pour aller dans un supermarché acheter des produits lointains.
Loin de moi l’idée de repousser le progrès qui nous a beaucoup apporté au quotidien mais il me semble que nous en avons oublié l’expérience de nos anciens.
Aujourd’hui la petite fille va expliquer à son grand-père comment utiliser Internet mais dans un même temps la grand-mère expliquera à son petit-fils comment réaliser le véritable bouillon d’awara.
Nous devons tous profiter de cette complémentarité des générations pour préparer ensemble notre avenir. Les années qui arrivent seront sans doute capitales pour la survie de notre planète et nous devons tous agir pour permettre à 10 milliards d’individus d’y vivre en harmonie.
En Guyane il y aura, à échéance d’une vingtaine d’années, près de 500.000 habitants sur notre territoire et nous devrons ne pas perdre de vue tout ce qui a fait de notre terre ce qu’elle est aujourd’hui : Une terre de richesses, une terre de couleurs, une terre de multiculturalité, une terre qui s’enrichit par les apports de tous ceux qui y vivent.
Cette terre de Guyane sera toujours celle que nous aimons si nous savons dès aujourd’hui profiter du passé qui nous aura permis de la construire, par ces aînés qui nous ont accompagnés et par nous-mêmes qui deviendront ces mêmes aînés, et qui auront tant de choses à transmettre.
Gilles ADELSON

le 4 octobre 2019