Le mot du Maire

Gilles Adelson, maire de Macouria

Vigilance solidaire et citoyenne

Chères Macouriennes, chers Macouriens.

Depuis près de 5 mois nous vivons, tous ensemble, une période difficile face à cette pandémie mondiale qu’est le Covid-19.

Si la situation s’améliore en Guyane, ce n’est que lentement et nous devons donc tous continuer à être vigilants afin de préserver notre santé mais également celles de nos proches.

Je tiens ici à souligner le formidable travail effectué par tous les acteurs publics, privés et associatifs qui, à des degrés divers, ont su tout mettre en œuvre pour être proche de nos concitoyens et les accompagner tout au long de ces dernières semaines.

Au cours de cette période j’ai également pu compter sur une majorité déterminée et soudée au sein du Conseil Municipal tant dans le travail effectué avec les différents acteurs de la santé en Guyane qu’avec tous ceux sur le terrain. Tous qui se relaient pour faire de la solidarité à Macouria plus qu’un simple mot mais des actions concrètes tant pour les personnes les plus fragiles que vis-à-vis de nos jeunes, tout particulièrement dans le domaine de la prévention.

Aujourd’hui nous n’oublions pas non plus que nous sommes en période de vacances et des actions ont été mises en place dans les quartiers, avec le DSDL et les associations de la commune, pour offrir à nos enfants des activités qui leur permettent de passer cette période avec le sourire.

Nous espérons tous un retour rapide à la normale, tout particulièrement pour la rentrée prochaine. Nous attendons à ce sujet des nouvelles de la part du rectorat afin de préparer celle-ci dans les meilleures conditions.

Notre jeunesse a besoin de reprendre le chemin des écoles mais pas à n’importe quel prix. Il est indispensable que nous puissions assurer une sécurité sanitaire irréprochable avec une organisation qui prenne en compte tous les éléments liés à l’évolution de la situation sanitaire sur l’ensemble de notre région.

Nous devons tous avoir conscience du rôle individuel que nous avons à jouer. Nous devons comprendre et admettre que nous devrons reporter certaines choses pour ne pas créer de risque supplémentaire.

La réponse que nous pourrons apporter à cet ennemi invisible doit être, et ne pourra être que collective.

Chacun d’entre nous, chaque jour, dans son quartier, dans son immeuble, dans sa maison, auprès de sa famille, de ses amis, a un rôle à jouer, celui de respecter et de faire respecter des mesures qui peuvent paraître contraignantes mais qui sont essentielles pour nous aider au plus vite à reprendre le cours normal de notre vie.

Pour que notre Guyane reste belle, pour que Macouria reste cette commune unique que nous aimons tant, c’est ensemble que nous y parviendrons.

Gilles ADELSON